Cynthia Copper est une photographe documentaire. Elle expose des images saisissantes de Tombouctou réalisées en noir et blanc. Elle s’est faufilée entre les maisons de pisé et les tentes en branchages, a retrouvé la maison de René Caillié – premier occidental à être revenu de Tombouctou au début du XIXe siècle – a admiré les mosquées madrasas, le tombeau des 333 saints, la bibliothèque de Mamma Haidara.

Avec cette exposition, elle présente Tombouctou la mystérieuse : les caravanes de chameaux, une femme Touareg dans le désert, les précieux manuscrits, une femme près de la rivière et aussi le marchand et les plaques de sel.

Dans le cadre de la célébration du mois de l’histoire des noirs, le Centre Culturel Marocain Dar Al Maghrib organise en collaboration avec Rally expo 2018 de Vues d’Afrique une exposition d’art de photographies portant sur Les manuscrits de Tombouctou et qui sera présenté par l’artiste canadienne Cynthia Copper….

Par ailleurs, Tombouctou est une ville de civilisation islamique qui connut son apogée au XVe siècle de notre ère. La mosquée et les universités de Sankoré et de Djingareyber en terre cuite, dont la restauration est financée par la Fondation de l’Aga Khan, est considérée comme une des plus anciennes universités du monde. Elle a été fondée au IXe siècle.

Notes biographiques: Cynthia Copper est une photographe qui porte la photographie en elle. Cela l’a conduite à voyager autour du monde. Ses images, principalement des portraits, racontent l’histoire des villes et de ses habitants, surtout des enfants. C’est ainsi qu’elle a parcouru les déserts de Gobi et du Taklamakan, fait et refait le fleuve Yangtsé, exploré le Sahara jusqu’à Tombouctou, fréquenté les points d’eau et les temples du Rajasthan, traversé le Col de Torougart, à partir du Kirghizistan pour aller vers le Tian Shan, ensuite effectué un périple vers la Turquie en passant par la Mer Noire. Tous ces voyages, ainsi que plusieurs autres, se sont faits avec son fidèle Leica M6. Mais, parmi tous les lieux visités, il en est un qu’elle affectionne particulièrement et c’est Tombouctou. Elle s’est émerveillée devant les manuscrits islamiques ancestraux et les anciennes maisons mauresques en pisée. Sans oublier les gens: les érudits, gardiens des manuscrits, comme Fida Ag Mahmoud de Behr; la chanteuse Khaira Arby; le maire de la ville, Said Mahmoud; les marchands de sel; les orfèvres; les mineurs de sel de Bella; le propriétaire Songhai du Café… Tombouctou est une cité au bout du monde, une ville, aux portes du Sahara, où les chemins s’arrètent, où les maisons rudimentaires se confondent au paysage… C’est aussi le point de départ de la vie nomade.

Invitation au vernissage
Exposition de photographies de l’artiste canadienne CYNTHIA COPPER – Dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, en partenariat avec le Rallye Expo de Vues d’Afrique – Le jeudi 8 février 2018 à 18h – L’exposition est composée de photos en noir et blanc de la série “Tomboctou la mystérieuse” que l’on retrouve dans le livre de l’artiste “In the rose light of the desert Tinmuktu appears” – L’exposition est ouverte du 1er au 28 février, du mardi au dimanche, de 11h à 17h – Centre Culturel Marocain “Dar Al Maghrib” – 515, avenue Viger Est, Montréal, Québec H2L 2P1, Canada

Partager:

https://linitiative.ca/wp-content/uploads/2018/02/cynthia-cooper-4.jpghttps://linitiative.ca/wp-content/uploads/2018/02/cynthia-cooper-4-150x150.jpgadminVues d'AfriqueCynthia Copper est une photographe documentaire. Elle expose des images saisissantes de Tombouctou réalisées en noir et blanc. Elle s’est faufilée entre les maisons de pisé et les tentes en branchages, a retrouvé la maison de René Caillié - premier occidental à être revenu de Tombouctou au début du...Journal économique, culturel et social