Cette année, le Festival international de cinéma Vues d’Afrique rend hommage au Maroc avec notamment l’annonce de la programmation officielle qui se tiendra au Centre Culturel Marocain Dar al Maghrib à Montréal le 4 avril prochain. Au moment de mettre sous presse le journal, le festival dévoilait cinq films. En voici deux (Ndlr les deux autres étaient annoncés dans l’édition du journal du mois de mars) :

Boko Haram : les origines du mal

« Boko » est un dérivé tu terme anglais « book », livre, et « Haram » signifie l’interdit en arabe. Derrière cette traduction littérale, il faut voir un concept plus large : le rejet de la civilisation occidentale sous toutes ses formes.

Dans une enquête passionnante, où interviennent différents acteurs locaux tels que des professeurs d’université, directeur de programme et même un proche de Boko Haram, Xavier Muntz nous amène à découvrir la genèse, l’idéologie et la complexité du contexte dans lequel la secte djihadiste a évolué. La réalité illustrée dans ce documentaire qui est réalisé par Xavier Muntz est violente. Par conséquent, certaines images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

Cette passionnante radiographie d’un conflit aussi médiatisé que méconnu met en évidence, outre les exactions de Boko Haram, la responsabilité écrasante de l’armée nigériane, dans un conflit sanguinaire qui a causé quelque 32 000 morts chez les civils et plus de 2 millions de personnes déplacées. Une enquête exclusive et glaçante sur les origines du groupe terroriste islamiste et sa sanglante dérive, nourrie par les exactions de l’armée.

Il a déjà tes yeux

La dernière comédie de Lucien Jean-Baptiste sera projetée samedi 22 et dimanche 23 avril à 18h dans la salle principale de la Cinémathèque Québécoise.

Cette comédie drôle et sensible, avec dans les rôles principaux Aïssa Maïga et le réalisateur lui-même, réussit le pari de faire rire tout en éveillant les consciences.

Dans cette comédie le personnage de Paul, est marié à Sali. Tout irait pour le mieux dans leur vie s’ils arrivaient à avoir un enfant. Un jour, Sali reçoit l’appel qu’ils attendaient depuis si longtemps : leur dossier d’adoption est approuvé. Il est adorable, il a 6 mois, il s’appelle Benjamin, il est blond aux yeux bleus… Il est blanc, ils sont noirs. Pour la famille de Sali, c’est le choc !

Autour du festival : Abderrahim Benhalima réalise l’Affiche2017

Chaque année, Vues d’Afrique fait la part belle aux arts visuels à travers son concours annuel pour choisir l’Affiche du festival. Le lauréat du concours d’Affiche 2017 est Abderrahim Benhalima.

Originaire du Maroc, le parcours de Monsieur Benhalima est marqué par une expérience cosmopolite, une carrière à long souffle, partagé entre le Maroc, la France, la Suisse, et le Canada. Graphic designer et artiste peintre formé dans les grandes écoles Françaises et Suisse, son évolution au sein de plusieurs milieux professionnels, lui ont permis d’acquérir une vision globale et stratégique de l’art et de la communication. La peinture de l’artiste se distingue par l’abondance des couleurs sobres, et vives, par la richesse de la matière, l’harmonie des compositions, et par une forte sensibilité à l’ombre et la lumière, ainsi que par le renouvellement constant du geste et du rythme, en lien avec une variété d’évocations profondes.

Le travail de Benhalima Abderrahim nous met face à l’imminence du geste créateur, où la réalité et la fiction se complètent, grandissant la vision, par l’abolition du temps et de l’espace. Tous ses travaux sont d’un grand humanisme et reflètent une sincérité totale.

Partager:

https://linitiative.ca/wp-content/uploads/2017/03/13-Affiche_festival_TV5-monde_resize.jpghttps://linitiative.ca/wp-content/uploads/2017/03/13-Affiche_festival_TV5-monde_resize-150x150.jpgadminVues d'AfriqueCette année, le Festival international de cinéma Vues d'Afrique rend hommage au Maroc avec notamment l’annonce de la programmation officielle qui se tiendra au Centre Culturel Marocain Dar al Maghrib à Montréal le 4 avril prochain. Au moment de mettre sous presse le journal, le festival dévoilait cinq films....Journal économique, culturel et social