Même si la nuit du 3 février 2018 était enneigée à Montréal, ceci n’a pas empêché le public à se rendre au Gesù pour profiter de la chaleur africaine en compagnie de Zal Sissokho et de Derek Gripper.

Organisé par les productions des Nuits d’Afrique, le spectacle de deux heures qui rendait hommage à la Kora dans le cadre de la 27e édition du Mois de l’Histoire des Noirs.

Dans une ambiance intimiste, Zal Sissokho a démontré comme à son accoutumée sa maitrise de la kora, un instrument à cordes d’Afrique de l’Ouest. Issu d’une longue lignée de griots, l’artiste sénégalais qui a sorti l’année dernière son troisième album La palabre a interprété ce soir-là plusieurs pièces de son répertoire.

Le son tout particulier de la kora qui est une source d’inspiration pour de nombreux artistes a justement séduit le sud-africain Derek Gripper qui a réussi à l’aide de sa guitare à jouer les pièces qui sont jouées d’ordinaires avec la Kora. De manière complice Zal Sissokho s’interrogeait sur la façon dont Derek Gripper pouvait interpréter ce type de pièces avec un instrument à 6 cordes (en référence à la guitare) alors que d’ordinaire les pièces devraient se jouer avec la kora (qui est équipée de 21 à 32 cordes selon les régions).

Zal Sissokho et Derek Gripper qui se sont rencontrés par hasard à Harare au Zimbabwe, ont trouvé à travers l’univers de la kora un lieu de communion qui les a conduits à unir guitare et kora dans un savant mélange mélodique que seule la kora peut procurer.

Réda Benkoula

Partager:

https://linitiative.ca/wp-content/uploads/2018/02/Zal-Sissokho-et-Derek-Gripper.jpghttps://linitiative.ca/wp-content/uploads/2018/02/Zal-Sissokho-et-Derek-Gripper-150x150.jpgRéda BenkoulaNuits d'AfriqueMême si la nuit du 3 février 2018 était enneigée à Montréal, ceci n’a pas empêché le public à se rendre au Gesù pour profiter de la chaleur africaine en compagnie de Zal Sissokho et de Derek Gripper. Organisé par les productions des Nuits d’Afrique, le spectacle de deux heures...Journal économique, culturel et social