La première action de Annie Roy et Pierre Allard, La Banque à Bas, s’est tenue le 5 décembre 1997. Un guichet automatique, conçu à partir de cuisinières dont les portes faisaient office de dépôt et de retrait de bas chauds, avait été déposé illégalement devant le Musée d’art contemporain de Montréal, afin de dénoncer les profits indécents des banques versus l’écart des richesses qui ne cesse de s’élargir. En 20 ans, le duo d’artistes montréalais a produit, dans le champ de l’art social, près de cinquante interventions urbaines dont 16 éditions d’État d’urgence.

En 2017, année de célébrations du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, l’ATSA, Quand l’Art passe à l’Action*, propose de faire place à la diversité avec Cuisine ta ville, une nouvelle intervention participative en invitant, les 12, 13 et 14 mai 2017, la population sur l’Esplanade de la Place des Arts, à un grand « Party de cuisine », avec les personnes réfugiées d’hier à aujourd’hui et avec celles qui les accueillent dans leur nouvelle vie à reconstruire.

Une enfilade d’abris blancs de voitures, rappelant certains camps des Nations Unies pour les réfugiés, des installations évoquant le périple de la fuite et le souvenir de la maison abandonnée constitueront la scénographie de Cuisine ta ville, événement d’art relationnel. Chaque abri proposera une expérience essentiellement humaine de rencontre avec l’Autre que l’on ne connaît pas suffisamment, au travers de « Party de cuisine », conférences, de témoignages, d’expositions, de spectacles vivants, de films et de conversations autour du «Temps d’une Soupe». Une grande frise historique permettra de visualiser les arrivées importantes de personnes réfugiées sur ces terres non cédées pour que chacun.e puisse marquer le début de son histoire au Québec. Un lexique permettra d’apprendre les nuances entre demandeurs d’asiles, réfugiés et immigrants et plusieurs notions liées au phénomène.

La programmation complète de Cuisine ta ville sera dévoilée prochainement.

L’implication bénévole est la clé de la réussite d’un tel événement. 780 heures sont ouvertes à l’implication citoyenne dès maintenant. Les personnes intéressées peuvent s’informer et s’inscrire sur le www.atsa.qc.ca
« Nous voulons apprendre et comprendre, créer des liens et générer une rencontre avec ces personnes qui ont dû quitter précipitamment leur maison, vivre l’incertitude dans des conditions de détresse inimaginables et reconstruire leur vie ici. ll y a ceux et celles qui sont intégré.e.s, ceux et celles qui viennent d’arriver et qui arriveront… Il y a ceux et celles qui les accueillent, avec toute l’humanité et les appréhensions que cela peut susciter. Cuisine ta Ville propose une perspective historique, un constat du présent et les enjeux d’intégration à la société d’accueil, une réflexion sur ce qui s’en vient dans le contexte international actuel. Moyad, Véronique, Amram, Sasha, Papy, Gracia, Philippe, Marya, Thibe…. venez à leur rencontre ! » — Annie Roy et Pierre Allard
L’acronyme ATSA n’est plus utilisé par les artistes Annie Roy et Pierre Allard qui mettent dorénavant de l’avant leur slogan avec la nouvelle appellation : ATSA, Quand l’Art passe à l’Action. « La mondialisation des conflits, leur barbarie visant les libertés fondamentales de notre société et leur « surmédiatisation » développant un repli sur soi et un racisme d’amalgame, nous détourne de notre acronyme premier et nous incite à rendre au mot son sens littéral et à mettre notre identité artistique pacifiste de l’avant avec notre slogan ATSA, Quand l’art passe à l’Action. C’est le nouveau nom de notre collectif artistique. Il ne renie en rien son parcours mais se met au diapason du présent. »
Le projet Cuisine ta ville a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada et se concocte en collaboration avec la TCRI et Amnistie internationale Canada francophone et une multitude d’organismes d’aide aux réfugié.e.s et aux immigrant.e.s dont le CSAI, PRAIDA, La Maison de la Syrie, CARI St-Laurent, ARM…

Partager:

adminCommuniquésLa première action de Annie Roy et Pierre Allard, La Banque à Bas, s’est tenue le 5 décembre 1997. Un guichet automatique, conçu à partir de cuisinières dont les portes faisaient office de dépôt et de retrait de bas chauds, avait été déposé illégalement devant le Musée d’art contemporain...Journal économique, culturel et social