Même si l’adultère existe depuis toujours, il est accentué par la facilité que permettent les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Tender etc, pour draguer une ex-blonde, la nouvelle réceptionniste célibataire ou tout simplement faire des rencontres sexuelles d’un soir.

On note que même si l’adultère virtuel semble être pour certains, un geste anodin étant donné qu’il n’y a pas de contact physique, il reste la cause de douleurs émotionnelles pour les conjoints, qui peuvent ressentir le geste comme étant une trahison réelle.

Si les Internautes pensent que ces comportements virtuels sont sans conséquences, sont-ils pour autant une cause de rupture du lien conjugal ?
Pour le comprendre, il faut savoir qu’au Canada pour se voir accorder le divorce, le /la conjoint(e) doit démontrer que le mariage est rompu pour un des motifs suivants et ce, selon l’article 8 de la loi sur le divorce ; Source : L.R.C. (1985), ch. 3 (2e suppl.)

Divorce :
8 (1) Le tribunal compétent peut, sur demande de l’un des époux ou des deux, lui ou leur accorder le divorce pour cause d’échec du mariage.
Note marginale : Échec du mariage
(2) L’échec du mariage n’est établi que dans les cas suivants :
a) les époux ont vécu séparément pendant au moins un an avant le prononcé de la décision sur l’action en divorce et vivaient séparément à la date d’introduction de l’instance;
b) depuis la célébration du mariage, l’époux contre qui le divorce est demandé a :
(i) soit commis l’adultère,
(ii) soit traité l’autre époux avec une cruauté physique ou mentale qui rend intolérable le maintien de la cohabitation.
Dans le dictionnaire Larousse la définition du mot adultère : Violation du devoir de fidélité entre époux.
Et la définition du mot Fidélité : Fait, pour un conjoint, un partenaire amoureux, d’être fidèle à l’autre, et, en particulier, de ne pas commettre d’adultère : Fidélité conjugale

Source : laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/D-3.4/TexteComplet.htm/

Carole Dumont

Partager:

https://linitiative.ca/wp-content/uploads/2017/12/20130821-154707-g.jpghttps://linitiative.ca/wp-content/uploads/2017/12/20130821-154707-g-150x150.jpgCarole DumontSociétéMême si l’adultère existe depuis toujours, il est accentué par la facilité que permettent les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Tender etc, pour draguer une ex-blonde, la nouvelle réceptionniste célibataire ou tout simplement faire des rencontres sexuelles d’un soir. On note que même si l’adultère virtuel semble être pour...Journal économique, culturel et social